Comment se déroule le concours aide-soignant ?

Publié le 23 / 04 / 2019

Le concours aide-soignant permet d’intégrer un IFAS, un institut de formation en soins aide-soignant. C’est dans cet institut que se déroulera la formation, qui vous permettra d’obtenir le diplôme d’état d’aide-soignant.

Le concours aide-soignant est le deuxième plus important dans le milieu paramédical, derrière le concours infirmier. De la même manière que pour ce dernier, il n’existe pas de statistiques officielles sur le nombre de candidats. Cependant, on estime à 30 000 le nombre de personnes qui chaque année passent le concours. Le taux de réussite est lui estimé entre 10% et 20%.

Pour des instituts de formation très demandés, le taux peut même être inférieur à 10%…

Tout comme le concours infirmier, le concours aide-soignant est organisé localement par chaque institut. Les sujets ne sont donc pas les mêmes. Cependant, le concours est régi par “l’arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d’Etat d’aide-soignant”. Cet article va donc vous présenter les principales choses à savoir sur le concours !

Le concours aide-soignant est composé de deux parties

La première étape du concours est l’admissibilité, plus connue sous le nom “d’épreuve écrite”. Cette épreuve est d’une durée de deux heures et notée sur 20. Elle se décompose en deux parties :

  1. La culture générale. A partir d’un texte de culture générale d’une page maximum et portant sur un sujet d’actualité d’ordre sanitaire et social, le candidat doit dégager les idées principales du texte et commenter les aspects essentiels du sujet traité sur la base de deux questions au maximum. Cette partie est notée sur 12 points.
  2. S’en suit une série de 10 questions. Cinq questions portent sur la biologie humaine, 3 questions sur les opérations numériques de base (addition, soustraction, multiplication et division) et 2 questions sur des exercices de conversion. Cette partie est notée sur 8 points.

Pour passer les épreuves écrites — être admissible — vous devez avoir au moins 10/20.

L’épreuve d’admission : l’oral

Une fois admissible, vous recevez votre convocation pour l’épreuve orale, qui est la dernière étape avant votre entrée en formation d’aide-soignant.

L’oral est noté sur 20 points et se décompose en trois temps :

  • 10 minutes de préparation. Vous recevez un sujet de l’actualité sanitaire et sociale. Ce sujet peut être une question, un texte court, une image ou un pictogramme. La tendance est à la question ! Pendant ces 10 minutes, vous devez produire une réponse structurée, argumentée et illustrée. Cette partie mesure vos capacités d’analyse, vos connaissances et vos qualités d’argumentation.
  • 10 minutes d’exposé. Vous présentez votre réponse devant le jury. Si votre exposé fait moins de 10 minutes, le jury vous posera des questions sur certains de vos arguments ou sur le thème sanitaire et social évoqué dans le sujet.
  • 10 minutes d’entretien. Généralement cet entretien commence par une présentation de votre part. S’en suit un échange entre vous et le jury sur votre parcours professionnel, vos motivations ou encore sur votre personnalité.

L’objectif de cette épreuve est de valider votre capacité à suivre la formation d’aide-soignant.

Sachez aussi que les jury est composé de deux personnes :

  • un directeur d’institut de formation d’aides-soignants ou d’un institut de formation en soins infirmiers ou un infirmier, formateur permanent dans un IFAS ou un IFSI.
  • un infirmier exerçant des fonctions d’encadrement ou un infirmier ayant une expérience minimum de trois ans en exercice dans un service ou une structure accueillant des élèves aides-soignants en stage

A l’issue de l’épreuve orale d’admission et au vu de la note obtenue à cette épreuve, le jury établit la liste de classement. Cette liste comprend une liste principale et une liste complémentaire. Cette dernière est valable en cas de désistements au sein de la liste principale.

Les exceptions

Certaines catégories de candidats sont dispensées d’épreuve écrite. Nous citons ici l’arrêté du 22 octobre 2005 :

  • Les candidats titulaires d’un titre ou diplôme homologué au minimum au niveau IV (niveau baccalauréat).
  • Les candidats titulaires d’un titre ou diplôme du secteur sanitaire ou social homologué au minimum au niveau V.
  • Les candidats titulaires d’un titre ou diplôme étranger leur permettant d’accéder directement à des études universitaires dans le pays où il a été obtenu.
  • Les étudiants ayant suivi une première année d’études conduisant au diplôme d’Etat d’infirmier et n’ayant pas été admis en deuxième année.

Réussite garantie
Découvrez notre préparation concours