Comment se déroule le concours d’auxiliaire de puériculture ?

Publié le 23 / 04 / 2019

Le concours IFAP, autrement appelé concours d’auxiliaire de puériculture est le troisième concours du paramédical le plus important en France. Il est passé par les élèves souhaitant intégrer un IFAP (un Institut de Formation d’Auxiliaire de Puériculture).

Il n’existe pas de statistiques officielles sur le nombre de candidats au concours d’auxiliaire de puériculture. En effet, chaque institut de formation est responsable de l’organisation de son concours. Néanmoins, on estime chaque année qu’un peu de moins de 10 000 candidats passent le concours d’auxiliaire de puériculture. Le taux de sélectivité (lui aussi estimé) serait compris entre 20 et 25% selon les années.

Le concours d’auxiliaire de puériculture est régi par l’arrêté du 16 janvier 2006 relatif à la formation conduisant au diplôme d’Etat d’auxiliaire de puéricultureDedans vous y trouverez tout ce que vous devez savoir sur le concours. C’est l’objet de notre article !

Le concours d’auxiliaire de puériculture se compose d’épreuves d’admissibilité et d’une épreuve d’admission

Nous traitons ici du cas général ; les dispenses et cas particuliers seront traités plus bas dans l’article.

Première étape avant l’admission en institut : les épreuves d’admissibilité, qu’on appelle aussi “épreuves écrites”. Elles sont au nombre de deux :

  • Une épreuve de culture générale, en lien avec le domaine sanitaire et social. Elle dure deux heures et est composée de deux parties.
  • Une épreuve de tests d’aptitudes d’une durée d’1h30 et notée sur 20 points. Ce test évalue les capacités de concentration, le raisonnement logique et l’organisation du candidat.

Rentrons un peu plus dans le détail de l’épreuve de culture générale. Elle est donc composée de deux sous-épreuves :

  1. Un test de culture générale d’une page maximum vous est remis, il traite de l’actualité sanitaire et social. Vous devez alors dégager les idées principales du texte et commenter les aspects essentiels du sujet traité sur la base de deux questions au maximum. Cette sous-épreuve du concours d’auxiliaire de puériculture est notée sur 12 points et évalue les capacités de compréhension et d’expression écrite du candidat.
  2. 10 questions à réponse courte vous sont alors posées. 5 questions portent sur des notions élémentaires de biologie humaine, 3 questions portent sur les quatre opérations numériques de base et 2 questions portent sur des exercices mathématiques de conversion. Cette sous-épreuve est notée sur 8 points. Elle teste les connaissances du candidat dans le domaine de la biologie humaine ainsi que ses aptitudes numériques.

Pour être admissible et ainsi passer l’épreuve d’admission, les candidats doivent obtenir une note égale ou supérieure à 10 sur 20 à chacune des deux épreuves.

La dernière étape avant l’entrée en formation : l’épreuve d’admission du concours d’auxiliaire de puériculture

L’épreuve orale se divise en 3 parties :

  • 10 minutes de préparation. Vous recevez un sujet tiré de l’actualité sanitaire et sociale. Puis le jury vous laisse donc 10 minutes pour préparer votre exposé.
  • 10 minutes de présentation de votre exposé. Cette partie est notée sur 15 points. L’objectif est de tester les capacités d’argumentation et d’expression orale du candidat ainsi que ses aptitudes à suivre la formation.
  • 10 minutes d’échanges avec le jury. Ils portent sur le projet professionnel du candidat, sa motivation et ses connaissances sur la formation et le métier d’auxiliaire de puériculture. Cette partie est notée sur 15 points et évalue la motivation du candidat.

Une note inférieure à 10 sur 20 à cette épreuve est éliminatoire.

Pour la suite, il ne faut pas oublier que c’est un concours : vous pouvez avoir 10 sur 20 et ne pas être admis, si vos concurrents ont mieux fait que vous. Visez donc le plus haut possible !

Les cas particuliers et les dispenses

L’arrêté du 16 janvier 2006 relatif à la formation conduisant au diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture spécifie que les catégories suivantes sont dispensées de l’épreuve écrite de culture générale :

  • Les candidats titulaires d’un titre ou diplôme homologué au minimum au niveau IV ou enregistré à ce niveau au répertoire national des certifications professionnelles, délivré dans le système de formation initiale ou continue français.
  • Les candidats titulaires d’un titre ou diplôme du secteur sanitaire ou social homologué au minimum au niveau V, délivré dans le système de formation initiale ou continue français.
  • Les candidats titulaires d’un titre ou diplôme étranger leur permettant d’accéder directement à des études universitaires dans le pays où il a été obtenu.
  • Les étudiants ayant suivi une première année d’études conduisant au diplôme d’Etat d’infirmier et n’ayant pas été admis en deuxième année.

Réussite garantie
Découvrez notre préparation concours