Mercredi 16 Septembre 2020

Autres
Partager l'article sur :

Covid-19 : quelles évolutions pour la formation professionnelle ?

En bouleversant le monde du travail, la Covid-19 a durablement impacté celui de la formation professionnelle. Plusieurs mesures gouvernementales ont vu le jour et les dispositifs existants ont été adaptés à la situation sanitaire.

En bouleversant le monde du travail, la Covid-19 a durablement impacté celui de la formation professionnelle. En entraînant une vague de reports et d’annulations des formations et des stages d’un côté et une augmentation significative des demandes de l’autre, la crise sanitaire de 2020 a rapidement donné lieu à l’adaptation des dispositifs de formation professionnelle existants. Si les questions du financement des formations et de la rémunération des apprenants sont ainsi clarifiées, d’autres problématiques ont cependant émergé et représentent autant de défis pour les années à venir. 

Pour vous, PrepAcademy fait le point sur les évolutions de la formation professionnelle !

Covid-19 et émergence de nouveaux besoins en formation professionnelle

Pendant la période du confinement, 45% des actifs ont cessé de travailler et un actif sur cinq a pratiqué le télétravail (source Franceinfo) : en sus de cette modification profonde et brutale du rythme et des conditions de travail des salariés, l’individu a également eu à affronter un climat anxiogène et la pénibilité de l’enfermement. Cette situation inédite est à l’origine de l’augmentation des demandes de formation professionnelle et ce pour plusieurs raisons. 

Du côté des salariés, 25% estiments désormais que leur travail n’a pas de sens et se disent prêts à agir pour changer ce quotidien professionnel. Nouvelles responsabilités, nouvelle organisation du temps travail voire reconversion ou projet de création d’entreprise, beaucoup se tournent vers la formation professionnelle pour accompagner et légitimer ce besoin de changement. 

Se reconvertir professionnellement, comment faire ?

Du côté des entreprises, il a fallu se réorganiser et repenser dans l’urgence et dans un contexte d’incertitude économique sa manière de communiquer et de manager, mais aussi se donner les moyens d’innover et de trouver des réponses aux enjeux actuels. 

Questions existentielles, pratiques, technologiques ou économiques trouvent leur réponse dans la formation professionnelle.

Covid-19 et adaptation des solutions de formation professionnelle

Après avoir représenté l’unique possibilité de se former pendant la période de confinement, les solutions distancielles sont aujourd’hui à privilégier lorsque l’on souhaite effectuer une formation professionnelle.

Les formations en ligne se démarquent nettement dans ce contexte dans la mesure où elles permettent, contrairement aux formations par correspondance, de vérifier l’assiduité de l’apprenant (indispensable lorsque ces derniers sont demandeurs d’emploi ou alternants), de réaliser des prestations orales grâce à la visioconférence, etc. Cependant, tous les centres de formation ne sont pas en mesure de proposer une formation en ligne de qualité et répondant à ces critères et tous les apprenants ne sont pas équipés en matériel informatique, voire résident dans une zone blanche. 

En effet, il faut distinguer plusieurs cas de figure :

Les établissements de formation présentiels et les CFA

Ils ont été contraints de passer au tout numérique dans l’urgence du confinement. Pour certains, une partie des apprentissages se faisaient déjà en ligne, ils avaient donc une plateforme existante qu’ils ont pu utiliser avec plus ou moins de succès pour assurer la continuité des enseignements et des évaluations. 

D’autres n’avaient pas amorcé leur passage au numérique. Ils ont donc annulé ou reporté leur formation quand ils n’ont pas réussi à utiliser de manière satisfaisante les outils mis à disposition par le Ministère du Travail et le réseau des Carif Oref (RCO)

Consulter et télécharger l’enquête OF-Covid portant sur le maintien à distance de l’activité de formation, menée par le Ministère du Travail et régions de France.

Selon cette enquête, près la moitié des établissements de ce type ont suspendu leur activité, sans contact avec les stagiaires. L’autre moitié à maintenu un contact régulier sans assurer de formation (6%) ou maintenu l’activité à distance (47%). Ces chiffres connaissent des variations régionales importantes.

De fait, certaines formations ne peuvent tout simplement pas s’effectuer à distance. Il s’agit là de la raison principale de l’annulation ou du report de formation. Vient ensuite le manque de ressources compatibles avec le passage en ligne, le manque de solutions techniques et de formation des intervenants. Sur ce point, les centres de formation présentiels doivent réagir rapidement et s’adapter. 

Du côté des apprenants en formation dans ce type d’établissements, 48% (source enquête OF-Covid) ont rencontré des problèmes d’accès aux contenus pédagogiques : matériel ou connexion fiable leur ont fait défaut. En s’engageant dans une formation présentielle, ils n’avaient effectivement pas anticipé ce besoin.

Il apparaît donc que les centres de formation présentielles aient deux défis à relever :

  • technologique : création de plateformes, de contenus adaptés, recours aux outils collaboratifs, équipement des apprenants, fiabilité des réseaux...
  • humain : formation des intervenant et capacité des apprenants à suivre la formation à distance.

Les centres de formation à distance

Les centres de formation à distance ont majoritairement recours à des solutions tout en ligne. Ils n’ont pas rencontré les problèmes des CFA et centres en présentiels puisque leur fonctionnement repose, souvent exclusivement, sur des solutions en ligne.

Les apprenants qui se dirigeaient, avant le confinement de mars 2020, vers ce type de centres de formation professionnelle possédaient déjà le matériel et les compétences nécessaires au bon déroulement de la formation en ligne. 

Les instituts de formation professionnelle à distance sont donc tout à fait prêts à satisfaire le nombre croissant de demandes émanant des entreprises comme des salariés. 

Les avantages de la formation à distance.

France Relance : plan de relance et formation professionnelle

Parmi les trois priorités du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion figure le développement des compétences par la formation professionnelle, notamment  à travers le FNE-Formation ou encore l’aide exceptionnelle allouée aux entreprises qui embauchent des alternants.

Consulter le site France-relance pour prendre connaissances des mesures qui ne concernent pas directement la formation professionnelle. 

FNE-formation

FNE-formation ou Formation du Fonds national de l’emploi est un dispositif antérieur à la crise de la Covid-19, qui a été renforcé dans le cadre du plan France Relance. Le processus de demande de prise en charge a été simplifié pour l’occasion. Elle permet à l’entreprise d’obtenir une prise en charge à hauteur de 100% des coûts des formations qu’elle propose à ses salariés. 

Il est ainsi possible de faire financer des bilans de compétences, des accompagnements à la V.A.E. (validation des acquis de l’expérience), et plus généralement des formations visant à garantir et augmenter le niveau de compétences des salariés de l’entreprise.

Les entreprises qui ont été contraintes de placer leurs salariés en activité partielle peuvent y avoir recours, sans distinction de taille ou de secteur d’activité. Il n’y a pas de condition d’ancienneté ou de niveau de qualification pour le salarié.

“Conclues entre l’État (Direccte) et une entreprise ou un OPCO chargé d’assurer un relais auprès de ses entreprises, les Conventions FNE-Formation ont pour objet la mise en œuvre de mesures de formation professionnelle, afin de faciliter la continuité de l’activité des salariés face aux transformations consécutives aux mutations économique, et de favoriser leur adaptation à de nouveaux emplois en cas de changements professionnels dus à l’évolution technique ou à la modification des conditions de production.” (Ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion

Sont exclus du dispositif les alternants et les salariés en cours de rupture de contrat de travail, de rupture conventionnelle ou de départ à la retraite. Les formations de sécurité à caractère obligatoire ne sont pas éligibles.

Le recours aux solutions à distance est à favoriser lorsque cela est possible.

L’alternance et le plan #1jeune1solution

En contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, les alternants ont été particulièrement impactés par la Covid-19 :

  • pendant le confinement, la partie théorique de leur formation ne pouvait se faire qu’en ligne. Cela s’est plus ou moins facilement mis en place en fonction de leur CFA ou centre de formation professionnelle ;
  • la partie pratique, selon les corps de métiers, a pu être reportée ;
  • les futurs alternants peinent à trouver un employeur.

Les contrats d’apprentissage ont ainsi pu être exceptionnellement prolongés, de même que la période pendant laquelle un jeune sans employeur peut rester en CFA et pour favoriser l’embauche des jeunes de 16 à 25 ans, le ministère du Travail, de l’Emploi et de l'insertion a lancé le plan #1jeune1solution qui fait partie du Plan de relance. Une des mesures de ce plan se présente sous la forme d’une aide exceptionnelle de 5.000€ à 8.000€ versée aux entreprises qui embauchent un jeune alternant. 

En parallèle, toujours pour favoriser l’accès à la formation professionnelle, l’augmentation l’offre de formation en apprentissage est une priorité autour de laquelle se réunissent le ministère du Travail, les différentes branches, les région et Pôle-emploi

Et puisque l’avenir de la formation professionnelle est en ligne, les ordinateurs portables sont désormais éligible à l’aide au premier équipement versée par les différents OPCO.

L’objectif est donc de soutenir l’accès à l’emploi pour les 16-25 ans, en particulier via la formation professionnelle qui permet en outre de répondre aux besoins concrets et immédiats des entreprises. 

Projets de transition professionnelle

Pour les salariés qui avaient entamée une démarche auprès de Transitions pro (anciennement Fongecif) avant la période de confinement et donc de report et annulation d’une partie des formations professionnelles, des aménagements ont été mis en place :

  • de manière générale, on assiste à une simplification des démarches administratives
  • report de formation et possibilité de reprendre le travail en attendant que l’organisme de formation propose une solution à distance lorsque cela est possible. Maintien de la rémunération du salarié dans certains cas.
  • possibilité de demander un prolongement ou une nouvelle autorisation d’absence

CPF

Le Compte personnel de formation (CPF) représente aujourd’hui la troisième source de financement des formations professionnelles. Il permet aux particuliers d’accéder à une offre de formation très large et de financer celle de leur choix très simplement.

Pendant la période de confinement, certaines formations ont été annulées ou reportées. La situation est revenue à la normale, et dans le cadre de l’utilisation du CPF on assiste globalement à une volonté de privilégier la formation en ligne

Demandeurs d’emploi

220 formations, dans 20 secteurs professionnels, sont accessibles gratuitement à distance (pour la partie théorique) pour les demandeurs d’emplois. Pôle-emploi a été chargé de composer cette offre de formation. 

L’objectif est simple : former les demandeurs d’emplois aux métiers qui recrutent. Une fois de plus, cela se fait par le biais de la formation professionnelle à distance.

Pour en bénéficier ou simplement consulter les offres, cliquez ici.

Dans la mesure où on peut s’attendre à une augmentation du nombre de demandeurs d’emploi, le recours simplifié à la formation professionnelle est une mesure qui devrait participer à limiter la flambée des chiffres du chômage. Dans tous les cas, le demandeur d’emploi qui a fait la démarche de se former pendant une période de chômage envoie un signal toujours plus positif que celui qui reste sur ses acquis...

Ce qu’il faut retenir

En résumé, lorsque l’on considère l’ensemble de ces mesures on constate une volonté de simplifier les démarches de demande de prise en charge notamment ainsi que la généralisation du recours de la formation en ligne.

Les défis à relever par les centres de formation professionnelle sont à la fois technologiques et humains. Les instituts de formation en lignes pourront apporter leur expérience et leur expertise dans ce passage au numérique.

Dans tous les cas, que vous ressentiez le désir profond de redonner du sens à votre activité professionnelle ou que vous cherchiez à vous adapter aux évolutions du marché, il est toujours judicieux de se former comme de donner à ses collaborateurs la possibilité de le faire.

Photo de l'auteur de l'article Mélie Castelain
Partager l'article sur :
Articles similaires
Autres

12 / 06 / 2018

Quelle préparation choisir pour son concours ?

Ça y est c’est fait : vous avez décidé de passer le concours ! Votre décision a été réfléchie (ou pas). Vous avez votre

Photo de l'auteur de l'article Arnaud Gracieux
Autres

16 / 06 / 2018

Comment bien se préparer pour son épreuve orale ?

Chez PrepAcademy, nous avons noté une constante chez nombre de nos élèves : beaucoup trop prennent l’épreuve orale à la

Photo de l'auteur de l'article Arnaud Gracieux
Autres

18 / 07 / 2018

Pourquoi il ne faut surtout pas travailler 7 heure

Vous culpabilisez car hier vous n’avez pas tenu votre programme de 10 heures de révisions ? Cet article est pour vous.

Photo de l'auteur de l'article Arnaud Gracieux