Mercredi 30 Septembre 2020

Autres
Partager l'article sur :

L'emploi des jeunes : le sauvetage du gouvernement

La pandémie de Covid-19 a impacté le marché du travail. Pour éviter que les jeunes ne soient les grands perdants de cette crise, le gouvernement a lancé le plan #1jeune1solution. L'objectif est clairement affiché : personne ne sera laissé de côté

La pandémie de Covid-19 a impacté le marché du l'emploi de manière brutale. Avant 2020, l'insertion des jeunes dans le monde du travail était déjà difficile. Pour éviter qu'ils ne soient les grands perdants de cette crise, le gouvernement français a lancé le plan #1jeune1solution. L'objectif est clairement affiché : personne ne sera laissé de côté.

Pour vous, PrepAcademy a examiné en détail cet ensemble de mesures exceptionnelles. 

L'arrivée des jeunes sur un marché du travail déjà sous surveillance

Sans surprise, le nombre d'actifs sans emploi a fortement augmenté au cours des derniers mois. Non renouvellement des CDD, effondrement du recours au personnel intérimaire, forte baisse du taux d'emploi... la situation est inquiétante. Les entreprises restent prudentes et l'heure n'est pas à l'embauche. 

Dans ce contexte, le taux de chômage des moins de 25 ans est celui qui a connu la plus forte hausse (+1.8 points) au cours du deuxième trimestre 2020. Fin mars, 544.000 jeunes étaient déjà demandeurs d'emploi. On estime à plus de 700.000 le nombre de jeunes qui arrivent sur le marché du travail en septembre 2020 (Source Insee, Au deuxième trimestre 2020, un marché du travail sous l’influence du confinement). Pour éviter qu'ils ne viennent grossir le rang des chômeurs, il fallait prendre des mesures immédiates et inédites. 

Le plan #1jeune1solution

Redresser l'économie est, en parallèle des préoccupations sanitaires, une priorité absolue. Dès le début de la crise du Coronavirus, le gouvernement français a mis en place un plan de relance de 100 milliards d'euros. Un des volets de ce plan de relance est consacré à l'emploi des jeunes. Il s'agit du plan #1jeune1solution.

Des premières annonces ont été faites dès le 4 juin 2020 par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, concernant le sauvetage de l'apprentissage. Le 23 juillet 2020, le plan #1jeune1solution est présenté officiellement dans son ensemble, pour un montant total de 6.5 milliards d'euros.

Ce plan de grande ampleur doit soutenir l'emploi des jeunes et leur accès à la formation professionnalisante, via différents leviers :

  • aide à l'embauche : alternance, primes
  • mise en place de tremplins vers l'emploi : emplois aidés, service civique
  • accès à la formation : numérisation des cursus, projet de formation sur-mesure, implication des acteurs institutionnels

Le fer de lance de ces dispositifs est l'alternance.

Incitations financières et développement de l'alternance

Fin 2019, la France comptait 485.000 apprentis. C'était 16% de plus qu'en 2018. Dans le contexte actuel, sans plan de sauvetage spécifique, les différentes projections font craindre une baisse de 20% à 40% de ces effectifs selon les secteurs d'activité. En effet, l'hôtellerie-restauration, l'aéronautique ou encore le tourisme sont des secteurs qui ont habituellement massivement recours aux apprentis et qui sont aujourd'hui les plus sévèrement touchés par la crise. C'est une génération entière de jeunes passionnés qui risque ainsi de ne pas pouvoir se former au métier de leur choix. 

En parallèle, le contrat de professionnalisation est tout aussi porteur avec 235 400 embauches rien qu'en 2018.

Pour que les entreprises maintiennent leur offre d'alternance, le gouvernement n'a pas hésité à mettre la main à la poche :

  • versement d'une aide exceptionnelle de 5000€ pour tout recrutement d'un alternant âgé de moins de 18 ans, d'ici le 28 février 2021
  • l'aide passe à 8000€ pour le recrutement d'un alternant de 18 à 29 ans.

Ainsi, le coût d'un jeune de moins de 21 en alternance équivaut à 0€ la première année de contrat. Pour les jeunes de plus de 21 ans, le coût n'est que de 175€ mensuel maximum. De quoi donner envie aux entreprises d'oser ouvrir leurs portes à ces jeunes alternants !

Ces aides exceptionnelles sont accordées aux entreprises de moins de 250 salariés sans conditions et aux plus de 250 salariés sous conditions. Sont éligibles les formations jusqu'à niveau bac+5 (Master, diplôme d'ingénieur), de quoi créer des vocations aussi chez les jeunes diplômés en poursuite d'études supérieures.

Objectif : 230.000 contrat d'apprentissage et 100.000 contrat de professionnalisation signés dès fin 2020.

Aide exceptionnelle aux employeurs qui recrutent en apprentissage     

Aide exceptionnelle aux employeurs de salariés en contrat de professionnalisation

Mais ce n'est pas la seule mesure mise en place pour faciliter le recours à l'alternance. En effet, au delà des aides financières, le gouvernement français a souhaité aider concrètement les jeunes à accéder à un emploi en alternance :

  • un jeune qui n'a pas trouvé d'entreprise dans laquelle effectuer son apprentissage dispose d'un délais de 6 mois après la rentrée en CFA pour le faire, contre 3 jusque là ;
  • l'aide au premier équipement, d'un montant de 500€, pourra désormais permettre l'acquisition d'un ordinateur et de l'équipement informatique indispensable au suivi d'une formation à distance ;
  • les acteurs institutionnels tels que Pôle-emploi, les OPCO, la plateforme Parcoursup ou encore Affelnet sont mobilisés pour développer l'offre de formation ;
  • les CFA seront soutenus dans leur transition vers le numérique ;

Chez PrepAcademy, nous avions traité certains de ces sujets dans notre article précédent : Covid-19 : quelles évolutions pour la formation professionnelle ?

Hors alternance, les entreprises sont également incitées à recruter des jeunes de moins de 26 ans. Pour toute embauche d'une durée de 3 mois minimum avant le 31 janvier 2021, les entreprises et associations pourront percevoir une aide allant jusqu'à 4000€. Ce montant maximum correspond à l'embauche d'un salarié à plein temps sur un an. Le gouvernement espère ainsi la signature de 450.000 contrats pour les moins de 26 ans. 

Cette aide peut être augmentée de 4000€ supplémentaires en cas d'embauche dans le cadre de VTE (volontariat territorial en entreprise). Pour rappel, ce programme est dédié aux TPE et PME en transition écologique.

Aide à l’embauche des jeunes

Orienter en priorité vers les métiers de demain

Deux objectifs se rencontrent : augmenter l'offre de formation et orienter les jeunes vers les métiers qui recrutent ou qui doivent s'adapter rapidement.

Il s'agit notamment des métiers orientés vers : 

  • le numérique
  • la transition écologique
  • le soin et la santé
  • l'agroalimentaire
  • l'agriculture
  • l'industrie
  • le tourisme

Les moyens mis en oeuvre sont énormes et tous les profils sont pris en considération. Grâce aux différentes mesures, ce sont au total 200.000 jeunes qui vont être maintenus dans un cursus diplômant et professionnalisant dès cette rentrée 2020. 

Pour les jeunes sans qualification, 100.000 nouvelles formations adaptées et qualifiantes vont voir le jour via le Plan d'investissement dans les compétences (PIC). A cela s'ajoute une offre de 35.000 formations numériques développées spécifiquement pour ce public et aux 35.000 parcours individualisés développés pour les décrocheurs de 16 à 18 ans. 

Pour les jeunes qui souhaitent poursuivre vers des études supérieures, des milliers de places supplémentaires seront disponibles dès la rentrée 2020, du CAP à la licence :

  • à l'université, ce sont 10.000 places supplémentaires qui sont crées dès la rentrée 2020, et le même nombre en 2021, en particulier pour les filières les plus demandées. 
  • 5700 places en BTS
  • 3600 places en année dite de spécialisation 
  • 2400 places pour les CAP en un an

Rien que pour les métiers du soin, 16.000 formations supplémentaires sont prévues dans les 5 ans pour doubler l'offre actuelle.

Et parce que le nombre de places disponible en formation n'est pas le seul problème auquel sont confrontés les jeunes, le gouvernement souhaite permettre l'accès aux études supérieurs pour tous, grâce au doublement des bénéficiaires des dispositifs cordées de la réussite et parcours d'excellence. 

En parallèle des offres de formation, 240.000 missions de service civique sont à pourvoir en 2020, ce qui représente 100.000 mission supplémentaires crées spécifiquement dans le cadre du plan de relance. Véritable tremplin vers l'emploi, elles permettent de valider une première expérience dans la transition écologique, l'action sociale ou encore le milieu associatif et sportif.

L'insertion sur mesure

Pour permettre à chaque jeune de trouver sa voie d'accès au marché du travail, 300.000 parcours d'insertion sur mesure sont mis en place en 2020 et 2021. Pour cela, différents dispositifs ont été renforcés dans le cadre du plan #1jeune1solution. La plupart permettent au jeune de bénéficier à la fois d'un accompagnement social, de périodes de mises en situation professionnelle et d'actions de formation.

 

  Nombre de parcours supplémentaires créés  Spécificités
Parcours emploi compétences (PEC) 60.000 Emploi en CDD ou CDI dans le secteur associatif ou public, 20 heures hebdomadaires minimum, rémunéré au SMIC horaire (sauf dispositions plus favorables).  
Contrat initiative emploi (CIE) 10.000 en 2020 et 50.000 en 2021 Secteur marchand, emploi en CDD ou CDI. Emploi aidé.
Insersion par l'activité économique (IAE) 35.000 Le recrutement est assuré par des structures d'insertion.
Garantie jeunes 50.000 Le jeune perçoit une allocation pendant un an et bénéficie d'un accompagnement intensif et de périodes de mises en situation professionnelle. 
Parcours d'accompagnement contractualisé vers l'emploi et l'autonomie (PACEA) 80.000 Pour les 16-25 ans, via les missions locales. Alternance de phases de formation, d'accompagnement et de mises en situations professionnelles pour une durée totale de 2 ans.
Accompagnement intensif jeune (AIJ) 70.000 en 2020 et 140.000 en 2021 L'accompagnement est assuré par Pôle-emploi.
Dispositif SESAME 3.000 Pour les moins de 25 ans qui souhaitent s'orienter vers les métiers du sport et de l'animation. 

 

Photo de l'auteur de l'article Mélie Castelain
Partager l'article sur :
Articles similaires
Autres

12 / 06 / 2018

Quelle préparation choisir pour son concours ?

Ça y est c’est fait : vous avez décidé de passer le concours ! Votre décision a été réfléchie (ou pas). Vous avez votre

Photo de l'auteur de l'article Arnaud Gracieux
Autres

16 / 06 / 2018

Comment bien se préparer pour son épreuve orale ?

Chez PrepAcademy, nous avons noté une constante chez nombre de nos élèves : beaucoup trop prennent l’épreuve orale à la

Photo de l'auteur de l'article Arnaud Gracieux
Autres

18 / 07 / 2018

Pourquoi il ne faut surtout pas travailler 7 heure

Vous culpabilisez car hier vous n’avez pas tenu votre programme de 10 heures de révisions ? Cet article est pour vous.

Photo de l'auteur de l'article Arnaud Gracieux