La licence professionnelle conducteur de travaux

Donnez vous toutes les chances de réussir votre formation avec PrepAcademy

comment réussir la formation
PrepAcademy | Bannière

Qu’est-ce qu’une licence professionnelle ?

“La licence professionnelle est un diplôme national de niveau bac + 3 [...] qui confère à son titulaire le grade de licence. Mis en place en partenariat avec les entreprises et les branches professionnelles, ce diplôme est conçu pour permettre l'insertion professionnelle..” Ministère de l’Enseignement supérieur

Régie par l’Arrêté du 6 décembre 2019, elle peut se faire en 1 à 3 ans en fonction du niveau d’études auquel on intègre le cursus (après le bac ou un BTS par exemple). Intégrée au cycle universitaire, elle peut permettre de continuer ses études au titre d’un Bac+3.

Ouverte et conçue pour les professionnels en reconversion ou en évolution ainsi que les étudiants de filières professionnelles (Bac pro et technologique, BTS) et générales (Bac général, Licence), son entrée est très sélective. On y accède généralement sur dossier de candidature, suivi d’un entretien oral avec un jury d’enseignants et de professionnels. 

Au nombre de 173 en 2020, chacune des différentes mentions de la licence professionnelle vise l’obtention de compétences et connaissances concrètes en lien direct avec un métier ou une branche. Elle permet de former les futurs cadres intermédiaires (entre les techniciens supérieurs et les cadres supérieurs). 

Pour coller aux attentes du marché du travail et des besoins spécifiques de chaque branche, les Unités d’Enseignement (UE) alternent théorie, pratique, mise en situation professionnelle (stage ou alternance, projets tutorés). Cette dernière partie représente a minima un tiers du temps de formation et s’évalue via la soutenance orale d’un mémoire. Les autres UE sont validées par le contrôle continue des connaissances.

 

Le métier de conducteur de travaux

Le conducteur de travaux (également nommé conducteur de chantier, chef de travaux ou conducteur principal) organise et supervise les chantiers dans leur intégralité : depuis l’étude des plans jusqu’à l’achèvement des travaux. Il ou elle :

“Organise et suit les différents moyens techniques (matériels, matériaux, ...), humains (internes et externes de l'entreprise) et financiers (mode constructif, ...) nécessaires à la réalisation d'un chantier de construction, de la phase projet jusqu'à la livraison selon les délais et les règles de sécurité. Négocie et contractualise des prestations avec le maître d'ouvrage et/ou le maître d'oeuvre.” Fiche métier ROME F1201

Principal interlocuteur des chefs de chantier comme des fournisseurs et sous-traitants, il est le coordinateur du chantier, en charge du bon déroulement des travaux dans les temps et en adéquation avec le cahier des charges.

A la fois expert en bâtiment et manager, le conducteur principal travaille aussi bien pour des grands groupes de BTP que pour des PME (constructeur de maisons individuelles par exemple). Il s’agit d’un poste à haute responsabilités.

 

Pourquoi faire une licence professionnelle pour devenir conducteur de travaux ?

Nous venons de le voir, son champs de compétences est très large. Il est concrètement difficile de compter sur sa seule expérience en BTP pour maîtriser l’art de la conduite de travaux : management, gestion des ressources humaines, lecture de plans, chiffrage de matériel en même temps que la connaissance technique de tous les corps de métiers intervenant sur un chantier (au nombre de 30 rien que pour le bâtiment !) et agencement… Il faudrait plusieurs vies professionnelles pour avoir tout expérimenté.

Nul besoin donc de commencer en tant que manoeuvre et attendre des années avant d’accéder à un poste de conducteur de travaux si on est titulaire du bon diplôme.

La licence professionnelle conducteur de travaux a été pensée et développée pour cela. Elle répond parfaitement aux attentes des entreprises et souvent, celle qui vous prendra en alternance pendant votre année de licence le fera dans l’idée de vous former à son image pour vous embaucher définitivement

La licence professionnelle conducteur de travaux peut de plus vous permettre de continuer sur un BAC+5 (Master ou diplôme d’ingénieur) et donc d’occuper à terme un poste de cadre supérieur ou d’ingénieur.
 

Quelles sont les différentes mentions de la licence professionnelle conducteur de travaux ?

A ce jour, on compte quatre licences professionnelles Métiers du BTP (nomenclature de l’Arrêté du 27 mai 2014):

  • Travaux publics 
  • Bâtiment & Construction 
  • Génie Civil et construction
  • Performance énergétique et environnementale des bâtiments

 

Les établissements proposent ensuite différents parcours, tels que (liste non exhaustive) : 

  • Conducteur de travaux souterrains
  • Conducteur de travaux publics

En parallèle, il existe des licences pro aux mentions en rapport avec l’électricité, la voirie etc

 

Les débouchés immédiats à l’issu de la formation sont intéressants :

  • assistant conducteur de travaux ou conducteur de travaux, en fonction de votre profil et de l’entreprise
  • technicien vérificateur
  • chargé d'affaires contrôle et audit BTP
  • technicien et chargé d’affaires en bureau d’études 

A terme, les diplômés peuvent évoluer sur des postes de responsable d’équipe technique ou commerciale, de direction d’agence, création d’entreprise du BTP...

 

Où faire sa licence professionnelle conducteur de travaux ?

Pour faire une licence pro TP, vous avez le choix entre différents types d’établissements reconnus.

Les CFA (Centre de formation des apprentis) : c’est un organisme de formation dans lequel on délivre un enseignement en alternance avec des périodes en entreprise sous contrat d’apprentissage. On y accueille les jeunes âgés de 15 à 29 ans (voire plus sous conditions) pour une durée de 6 à 36 mois pour y préparer des diplômes de tous niveaux, allant du CAP au Bac+5. L’apprenti est rémunéré, de 27% à 100% du SMIC en fonction de son âge notamment.

Organismes de formation professionnelle : accessibles en premier lieu aux professionnels en formation continue mais aussi aux élèves poursuivant leur formation initiale, ces écoles peuvent dispenser les cours en présentiel comme à distance et proposent des cursus en alternance par le biais des contrats de professionnalisation, avec une rémunération allant de 846€ brut à 1231€ brut en fonction de l’âge notamment. On y obtient des diplômes reconnus par l’Education nationale (du CAP au Bac+3), des titres professionnelles inscrits au RNCP, un accompagnement à la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) ou des modules plus ponctuels visant à se maintenir à jour des nouvelles normes de construction par exemple. La scolarité y dure donc de quelques mois à 3 ans. Il existe des organismes privés reconnus, comme PrepAcademy, et d’autres ayant un financement public.

Universités : ces établissements d’enseignement supérieur (post bac) ne sont pas les premiers auxquels on pense lorsqu’il s’agit d’acquérir un diplôme en relation avec les métiers du BTP. Pourtant, les étudiants, qu’ils soient en formation initiale ou continue, peuvent y obtenir des diplômes de niveau Bac+3 à Bac+5 en rapport avec les métiers du bâtiment. L’U-PEC (Université Paris-Est Créteil) notamment, propose trois licences professionnelles BTP. Stages longs et contrats de professionnalisation permettent d’avoir une expérience de terrain dans les travaux publics.

 

Comment s’organise la licence professionnelle conducteur de travaux ?

Prenons pour exemple la licence professionnelle métiers du BTP - conducteur de travaux publics telle que proposée par l’U-pec et PrepAcademy. La formation se déroule sur un an.

L’étudiant a le choix, pour la partie mise en situation professionnelle entre : 

  • 16 semaines de stage 
  • Alternance en contrat de professionnalisation avec une prédominance des périodes en entreprise (deux mois pour un mois de formation à distance ou en présentiel). 

 

Quatre unités d’enseignement sont à valider pendant l’année de formation, sous le régime du contrôle continu des connaissances (Le projet tutoré donne lieu à un mémoire avec soutenance orale) :

  • UE 1 : Formation générale
  1. Anglais technique
  2. Gestion de chantier  
  3. Management d'équipe 
  4. Droit des contrats, des assurances et de la responsabilité
  5. Méthodologie de gestion de projet    
  6. Travaux Publics: Prévention des risques  sur les chantiers    
  7. Technique construction des travaux publics  
  8.  Outils numériques des travaux Publics
  • UE 2 : Spécialité
  1. Etude de prix
  2. Calcul structures BA et BP Eurocodes
  3. Calcul structures Métal Eurocodes
  4. Calcul de Géotechnique Eirocodes
  5. Les soutènements et fondations spéciales
  6. Les VRD
  7. Les routes
  8. Les tunnels
  9. Les canalisations
  10. Les terrassements
  11. Les ouvrages d’art
  12. Chargé d’affaires en Travaux Publics (études de cas)
  • U.E.3 Projet tutoré
  • U.E.4 Stage

Plus de la moitié des cours sont dispensés par des professionnels issus de l’entreprise.

 

Conditions d’admission, coût de formation, et alternance en licence professionnelle conducteur de travaux

La licence professionnelle conducteur de travaux est ouverte aux candidats :

  • titulaires d’un Bac+2 : DUT Génie Civil, BTS bâtiment ou TP, Licence 2 scientifique…
  • aux professionnels du BTP de plus de 26 ans ayant au minimum 3 ans d’expérience (avec possibilité de valider en Bac+2 en Validation des acquis professionnels et personnels - VAPP)

Pour les élèves relevant de la formation initiale, les établissements publics sont gratuits. Il existe des établissements privés, avec des frais de scolarité variables. Il est parfois possible d’obtenir une bourse ou des aides régionales, sous condition de ressources. Les dispositifs d’alternance permettent d’écarter la question du coût de la formation pour l’élève.

Pour les professionnels en formation continue, différents opérateurs sont chargés du financement des projets de reconversion ou d’évolution professionnelle. Que l’établissement soit public ou privé ne change pas grand chose et, comme pour les candidats en formation initiale, le choix de l’alternance permet de réduire la pression financière. Tout savoir sur les différentes possibilités de financement de votre formation.

Concernant l’alternance, la licence professionnelle peut se faire en apprentissage (en CFA) ou en contrat de professionnalisation (instituts de formation professionnelle et universités). Elle n’est cependant pas obligatoire et peut être remplacée par 16 semaines de stage en entreprise.

 

Rémunération en apprentissage :

Année d’exécution du contrat

Apprenti de moins de 18 ans

Apprenti de 18 ans à 20 ans

Apprenti de 21 ans à 25 ans

Apprenti de 26 ans et plus

1ère année

27% du SMIC

43% du SMIC

53% du SMIC

100% du SMIC

2e année

39% du SMIC

51% du SMIC

61% du SMIC

100% du SMIC

3e année

55% du SMIC

67% du SMIC

78% du SMIC

100% du SMIC

 

Rémunération en contrat de professionnalisation :

Âge

Titulaire d’un titre ou diplôme non professionnel de niveau IV ou titre ou diplôme professionnel inférieur au bac

Titulaire d’un titre ou diplôme professionnel égal ou supérieur au bac ou diplôme de l’enseignement supérieur

Moins de 21 ans

Au moins 55 % du SMIC

Au moins 65 % du SMIC

21 ans à 25 ans révolus

Au moins 70 % du SMIC

Au moins 80 % du SMIC

26 ans et plus

Au moins le SMIC ou 85 % du salaire minimum conventionnel de branche si plus favorable

Au moins le SMIC ou 85 % du salaire minimum conventionnel de branche si plus favorable

 

Sans rentrer dans les détails techniques du financement des dispositifs d’alternance dans le BTP, mentionnons tout de même le principal interlocuteur des entreprises comme des salariés : l’OPCO CONSTRUCTYS. Opérateur de compétences (OPCO) unique du BTP, CONSTRUCTYS est en charge de la collecte et de la distribution des contributions à la formation professionnelle. Il joue un rôle majeur dans le financement de l’alternance, que ce soit en contrat d’apprentissage, de professionnalisation ou en Pro-A. 

Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, ou d’une évolution de carrière, il existe de nombreuses solutions de financement de votre future formation diplômante. Se reconvertir professionnellement, comment faire ?