cours

Devenir moniteur-éducateur

1) Le métier de moniteur-éducateur

Exercer le métier de moniteur-éducateur, c’est faire des rencontres, être en relation avec des personnes différentes par leur âge, leur handicap, leur parcours de vie leur culture et participer aux moments forts de leur vie. Ce métier demande des compétences relationnelles, organisationnelles mais aussi un positionnement éthique pour accompagner les personnes fragiles à « être ».

Vous travaillerez avec des personnes exerçant des métiers différents, ayant d’autres modes d’action, des points de vue divergents, et vous pourrez vous enrichir de toutes ces rencontres.

Rappel

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d’État de moniteur-éducateur

Choisir ce métier, c’est aussi participer à un projet social et politique. On ne peut pas être acteur dans le secteur social sans prêter une attention particulière aux autres et porter une vision du « vivre ensemble ». Le moniteur-éducateur participe à l’action éducative, à l’animation et à l’organisation de la vie quotidienne de personnes en difficulté ou en situation de handicap, pour le développement de leurs capacités de socialisation, d’autonomie, d’intégration et d’insertion, en fonction de leur histoire et de leurs possibilités psychologiques, physiologiques, affectives, cognitives, sociales et culturelles.

Il élabore son intervention avec l’équipe de travail et son encadrement dans le cadre du projet institutionnel répondant à une commande sociale éducative exprimée par différents donneurs d’ordre et financeurs, en fonction de leurs champs de compétences : intervention individuelle (administrative ou judiciaire), collective ou territorialisée. Il intervient dans une démarche éthique qui contribue à créer les conditions pour que les enfants, adultes, familles et groupes avec lesquels ils travaillent aient les moyens d’être acteurs de leur développement et de renforcer les liens sociaux et les solidarités dans leurs lieux de vie.

Le moniteur-éducateur assure une relation éducative au sein d’espaces collectifs et favorise l’accès aux ressources de l’environnement (sportives, culturelles, citoyennes...). Il peut ainsi mettre en place et encadrer des médiations éducatives et des activités de soutien scolaire, d’insertion professionnelle ou de loisirs. Il veille à la qualité de l’animation des structures dans lesquelles les personnes vivent. Les actes de la vie quotidienne sont un support essentiel à son intervention. Il contribue, dans le cadre d’équipes pluri-professionnelles, à la mise en œuvre au quotidien de projets personnalisés ou adaptés auprès des personnes accompagnées. Grâce à sa connaissance des situations individuelles, il contribue à l’élaboration de ces projets personnalisés et participe au dispositif institutionnel.

Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents.

Il peut contribuer à l’éducation d’enfants ou d’adolescents ou au soutien d’adultes présentant des déficiences sensorielles, physiques ou psychiques ou des troubles du comportement. Dans ce contexte, il assure une relation éducative avec ces personnes, organise et anime leur quotidien, en les accompagnant dans l’exécution des tâches quotidiennes. Il contribue ainsi à instaurer, restaurer ou préserver leur autonomie.

Il peut également intervenir auprès d’enfants, d’adolescents ou d’adultes en difficulté d’insertion. Par son accompagnement quotidien, conduit dans une visée de socialisation et d’intégration, le moniteur-éducateur aide à améliorer l’adaptation sociale de ces personnes.

Les moniteurs-éducateurs interviennent principalement, mais sans exclusivité, dans les institutions du secteur du handicap, de la protection de l’enfance, de la santé et de l’insertion sociale assurant une prise en charge collective des publics. Il est employé par les collectivités territoriales, la fonction publique et des associations et structures privées.

2) Les lieux d’exercice

Les lieux d’exercice sont très variés. Nous vous en proposons une liste non exhaustive mais qui rend bien compte de cette variété.

a) Auprès des parents et enfants

Les centres maternels accueillent des femmes enceintes et des mères en difficultés avec leur enfant de moins de 3 ans. Cet accueil permet un accompagnement à la parentalité et un soutien psychologique, éducatif, social, et financier. Les personnes accueillies peuvent être mineures ou majeures et l’objectif de l’équipe est de les rendre autonomes pour répondre à leurs besoins et à ceux de leur enfant. Le travail quotidien prend en compte autant les besoins de la mère que ceux de son enfant et l’équipe pluri-professionnelle intègre des éducateurs de jeunes enfants (EJE), des auxiliaires de puériculture, des puéricultrices, des assistants de service social, des moniteurs-éducateurs ou éducateurs. L’accompagnement de l’équipe permet à la mère de construire un projet de vie (travail, formation), de comprendre et de répondre aux besoins physiques, relationnels, d’apprentissage et d’ouverture à l’environnement de son enfant. Cet accompagnement permet aussi à chacun de trouver des repères de vie commune (rythme de vie, solution de garde) stables et satisfaisants.

Les maisons d’enfants à caractère social (MECS) et le foyer de l’enfance accueillent les enfants de moins de 18 ans dans le cadre de l’Aide sociale à l’enfance. Le foyer de l’enfance est réservé à l’accueil d’urgence et à l’évaluation de la situation alors que la MECS accompagne souvent les enfants pendant plusieurs années. Dans ces deux structures, les enfants sont accueillis en internat en petits groupes au sein d’unités d’hébergement. Les adolescents vivent parfois en semi-autonomie dans des appartements. L’accompagnement de l’équipe varie bien sûr en fonction de l’âge mais il est centré sur le quotidien de l’enfant, quotidien qui inclut autant le développement des compétences sociales, relationnelles, pédagogiques que l’accompagnement pour faire face aux difficultés avec les proches. Soutenir le bien-être et le plaisir de vivre ensemble fait partie des missions quotidiennes du moniteur-éducateur.

Les pouponnières à caractère social accueillent des enfants de moins de 3 ans. Comme dans toutes les structures qui accueillent des enfants, les pouponnières se préoccupent du bien-être de l’enfant et de ses liens avec sa famille. Elles prennent soin de l’enfant et participent à l’éducation à la parentalité, dans la mesure de leurs possibilités.

b) Auprès des enfants et adolescents souffrant de troubles

Les centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP) accueillent des enfants de 0 à 6 ans souffrant de déficits sensoriels, moteurs ou mentaux, en vue d’une adaptation sociale et éducative dans leur milieu et avec la participation de celui-ci. Ils exercent également des actions préventives spécialisées, ainsi qu’une guidance parentale. Les équipes pluri-professionnelles peuvent comporter un pédiatre, une puéricultrice, un orthophoniste, un psychomotricien, un ergothérapeute, un éducateur de jeunes enfants, un moniteur-éducateur, une assistante sociale, etc.

Les centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP) sont des centres de consultation, de diagnostic et de soins ambulatoires, recevant des enfants et adolescents (de 6 à 20 ans), ainsi que leur famille. Les CMPP reçoivent des enfants présentant des difficultés d’apprentissage, des troubles psychomoteurs, du langage ou des troubles du comportement, en famille ou à l’école. L’équipe est composée de secrétaires médicaux, pédopsychiatres, assistants de service social, orthophonistes, pédiatres, psychologues, psychomotriciens, éducateurs de jeunes enfants, éducateurs et moniteurs-éducateurs.

Les services d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) accompagnent des enfants et des adolescents (de 0 à 20 ans) porteurs d’une déficience mentale, atteints d’autisme ou de troubles apparentés, ou polyhandicapés. Leur objectif est de maintenir ou de réintégrer la personne dans leur environnement naturel. Ils interviennent dans les différents lieux de vie et d’activité de l’enfant ou de l’adolescent (domicile, crèche, école, etc.) et dans les locaux du service. L’équipe pluridisciplinaire peut être composée des mêmes acteurs que celles des CAMSP ou des CMPP.

Les instituts médico-éducatifs (IME) accueillent, en internat ou semi-internat, des enfants et des adolescents atteints de déficience intellectuelle avec ou sans troubles associés. Les équipes sont composées des mêmes acteurs que celles des structures précédentes, avec une présence importante des éducateurs spécialisés et des moniteurs-éducateurs. Ceux-ci aident les enfants dans leur quotidien, les incitent à développer leurs compétences, favorisent leurs relations avec les autres et leur insertion sociale. Le développement de l’autonomie de l’enfant est au cœur de son projet individuel. À partir d’un certain âge, des formations professionnelles sont proposées dans certains établissements afin de mieux préparer l’insertion du jeune dans le milieu professionnel dès la sortie de l’IME.

Les instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP) proposent un accompagnement à des jeunes présentant des difficultés psychologiques dont l’expression, notamment l’intensité des troubles du comportement, perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages. Les modalités d’accompagnement sont multiples : internat, semi-internat, internat modulé, accueil de jour. Ils fonctionnent souvent en lien avec un service d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) ce qui permet de moduler l’accompagnement en fonction des besoins du jeune. L’équipe qui accompagne les jeunes est pluridisciplinaire : éducateurs et moniteurs-éducateurs, enseignants spécialisés, médecins, notamment pédopsychiatres, psychologues.

c) Auprès des personnes en situation de handicap

Les établissements pour enfants et adolescents polyhandicapés (EEAP) accueillent et accompagnent des enfants qui souffrent d’un polyhandicap (association d’une déficience mentale grave à une déficience motrice importante) entraînant une réduction importante de leur autonomie. L’accueil se fait le plus souvent en internat ou en semi-internat. Les équipes pluri-professionnelles sont composées d’éducateurs spécialisés, moniteurs-éducateurs, aides médico-psychologiques, infirmières, aides-soignants, médecins généralistes et spécialistes, psychologues, kinésithérapeutes et orthophonistes.

Les services d’accueil de jour (SAJ) offrent un accompagnement en journée à des adultes en situation de handicap. Les modalités d’accueil peuvent être adaptées à la situation (à titre temporaire ou permanent, à temps partiel ou complet, avec ou sans hébergement). Leur objectif est de développer ou maintenir les acquis et l’autonomie des personnes accueillies et faciliter ou préserver leur intégration sociale. L’équipe pluri-professionnelle est composée principalement de moniteurs-éducateurs, d’éducateurs, de psychologues, d’assistants de service social et de conseillers en éducation sociale et familiale.

Les foyers occupationnels ou foyers de vie accueillent en internat des adultes handicapés ayant une certaine autonomie pour leur proposer des animations, des activités en fonction de leur handicap. Les activités quotidiennes proposées sont diverses (ludiques, créatives, ou encore éducatives) et adaptées aux capacités des résidents. Il peut s’agir d’activités manuelles (peinture, sculpture, modelage...), d’activités de gymnastique, de danse, d’expression corporelle, ou d’activités d’ergothérapie. Ces activités peuvent se dérouler aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’équipe pluri-professionnelle est plus étendue que celle d’un foyer d’hébergement et comprend aussi du personnel soignant, des aides-soignants, un ou une infirmière coordonnatrice. Les aides médico-psychologiques (AMP) et les moniteurs-éducateurs sont très présents sur ces structures pour l’animation de la vie quotidienne et l’accompagnement aux gestes de la vie quotidienne (aide à la toilette, aux repas, aux déplacements).

Les services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) ont pour mission de contribuer à la réalisation du projet de vie de personnes adultes handicapées par un accompagnement favorisant le maintien ou la restauration de leurs liens familiaux, sociaux, scolaires, universitaires ou professionnels et facilitant leur accès à l’ensemble des services offerts par la collectivité. Les éducateurs effectuent des visites à domicile pour soutenir les personnes dans leur vie quotidienne : organisation de l’entretien du logement, gestion du budget, préparation des repas, organisation des loisirs. Les équipes sont souvent composées d’éducateurs spécialisés, de moniteurs-éducateurs, de conseillers en économie sociale et familiale, d’animateurs, de psychologues, d’assistantes sociales, médecins, infirmiers et ergothérapeutes.

Les services d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) ont des missions et un fonctionnement identiques mais ajoutent à l’accompagnement social des prestations de soins.

Les foyers d’hébergement sont destinés à l’hébergement et l’accompagnement des adultes handicapés qui exercent une activité professionnelle mais ne sont pas suffisamment autonomes pour vivre seuls. Ce mode d’hébergement peut varier au niveau de sa formule d’hébergement (pouvant aller du bâtiment spécifique et autonome, aux petits groupes de logements dans l’habitat ordinaire), et de l’accompagnement qui peut laisser une part plus ou moins importante à l’autonomie. Le foyer d’hébergement est souvent annexé à un établissement ou service d’aide par le travail (ÉSAT). Comme dans les SAVS, les moniteurs-éducateurs et les éducateurs soutiennent les personnes dans leur vie quotidienne en dehors des horaires de travail. Ils concourent également à l’animation des temps collectifs avec les résidents (activités, sorties, soirées ou week-ends, etc.).

Les établissements et services d’aide par le travail (ÉSAT) sont des structures qui permettent aux personnes en situation de handicap d’exercer une activité professionnelle tout en bénéficiant d’un soutien médico-social et éducatif dans un milieu protégé. Ces structures accueillent des personnes qui n’ont pas acquis assez d’autonomie pour travailler en milieu ordinaire ou dans une entreprise adaptée à leurs besoins. Les ÉSAT peuvent parfois disposer d’un foyer d’hébergement pour accueillir les personnes en situation de handicap en dehors de leur temps d’activité. L’équipe pluri-professionnelle est principalement composée d’éducateurs spécialisés, moniteurs-éducateurs et éducateurs techniques. Leur rôle est de contribuer à l’intégration sociale et à l’insertion professionnelle des travailleurs. L’équipe éducative accompagne le travailleur, pour un maintien des acquis et connaissances et vers le développement de son autonomie (notamment l’apprentissage des transports) en lien avec les familles ou les tuteurs et les foyers d’hébergement.

Les maisons d’accueil spécialisé (MAS) ou foyer d’accueil médicalisé (FAM) sont des structures d’hébergement qui accueillent des adultes gravement handicapés ayant besoin de l’assistance d’une tierce personne pour effectuer les actes essentiels de la vie courante ou d’un suivi médical régulier. Les personnes accueillies en FAM sont souvent plus autonomes que celles accueillies en MAS. Les équipes pluri-professionnelles et les missions d’accompagnement sont similaires à celles des foyers occupationnels avec une prise en compte plus importante du soin médical.

d) L’aide à la réinsertion sociale et scolaire

Les internats éducatifs proposent à la fois un hébergement et un accompagnement éducatif aux jeunes collégiens ou lycéens. Ils visent à éviter les décrochages pour les élèves en grande difficulté scolaire et/ou sociale. L’accompagnement se fait aussi bien sur les temps de vie quotidienne, que sur les activités socio-éducatives et les temps scolaires. Le lien avec les enseignants est important.

Les centres éducatifs fermés (CEF) sont des structures alternatives à l’incarcération pour les mineurs. Les centres éducatifs fermés sont l’une des solutions de placement dont dispose la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) pour prendre en charge les mineurs en conflit avec la loi. Au sein des CEF, 12 mineurs maximum, âgés de 13 à 18 ans et impliqués dans un parcours de délinquance, sont accueillis. L’encadrement en CEF est renforcé, les mineurs y pratiquent des activités éducatives et bénéficient d’un accompagnement scolaire adapté à leur niveau, en vue de leur réinsertion scolaire et professionnelle. Les activités d’enseignement ont une place importante : la scolarité est adaptée au niveau de chaque jeune grâce à la mise à disposition d’un enseignant de l’Éducation nationale au sein de la structure. L’équipe éducative est composée d’éducateurs, moniteurs-éducateurs, éducateurs techniques, éducateurs sportifs, de psychologues, psychiatres, et associe des animateurs sportifs spécialisés, des intervenants associatifs, des professionnels de santé, des partenaires institutionnels (policiers, pompiers, etc.), etc. Ils y mènent des actions particulières, telles que des ateliers de prévention, des activités socio-culturelles, des cours de secourisme, etc.

Les centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA), les centres d’accueil temporaire service de l’asile (AT-SA) et les dispositifs d’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile (HUDA) offrent aux demandeurs d’asile un lieu d’accueil pour toute la durée de l’étude de leur dossier de demande de statut de réfugié. Cet accueil prévoit leur hébergement, ainsi qu’un suivi administratif (accompagnement de la procédure de demande d’asile), un suivi social (accès aux soins, scolarisation des enfants, etc.) et une aide financière alimentaire. L’accompagnement éducatif consiste à assurer une prise en charge sociale globale prenant en compte la spécificité de ce public en exil forcé, développer une animation adaptée, axée vers l’autonomisation, assurer la scolarisation des enfants, la formation des adultes et l’apprentissage ou le renforcement de la connaissance de la langue française.

Les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) ont pour mission d’assurer l’accueil, le logement, l’accompagnement et l’insertion sociale des personnes ou familles connaissant de graves difficultés en vue de les aider à accéder ou à recouvrer leur autonomie personnelle et sociale. Il s’agit notamment de victimes de violence, de personnes confrontées à l’alcoolisme et aux toxicomanies ou de personnes sortant de prison. Il existe aujourd’hui différents types de CHRS : certains sont des établissements spécialisés pour un type de public (femmes enceintes, femmes ou hommes dits sans domicile fixe, personnes sortant de prison, victimes de discrimination LGBTI, etc.), d’autres sont des établissements de droit commun dits « tout public » (jeunes errants, grands exclus, etc.).

e) Auprès des personnes âgées

À ces lieux s’ajoutent désormais les établissements accueillant des personnes âgées, notamment ceux accueillant des personnes handicapées vieillissantes.

Les EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont des maisons de retraite médicalisées qui proposent un accueil en chambre. Les EHPAD s’adressent à des personnes âgées de plus de 60 ans qui ont besoin d’aide et de soins au quotidien. L’accompagnement éducatif vise à préserver l’autonomie des personnes accueillies et à créer une dynamique positive dans l’établissement. Le rôle des moniteurs-éducateurs en EHPAD est proche de celui qu’ils tiennent auprès des structures accueillant des personnes handicapées, notamment lorsqu’ils interviennent auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de personnes handicapées vieillissantes. Les moniteurs-éducateurs animent la vie quotidienne, participent au développement ou au maintien des acquis des personnes.

Les résidences autonomie comportent à la fois des logements individuels et privatifs et des espaces communs dédiés à la vie collective. Elles sont souvent construites au cœur des villes à proximité des commerces, des transports et des services. Elles accueillent des personnes âgées autonomes ou relativement autonomes, seules ou en couple, qui ne peuvent plus ou ne veulent plus vivre à leur domicile. Elles répondent à un besoin d’accompagnement social des personnes âgées. Les moniteurs-éducateurs peuvent mettre en place des actions de prévention de la perte d’autonomie (ateliers prévention des chutes, nutrition, mémoire, etc.) et des actions d’animation de la vie collective.

A retenir !

Comme le montrent la présentation des lieux d’exercice et le référentiel du métier, le moniteur-éducateur travaille sur des aspects très différents de l’accompagnement. Quelles que soient les structures où il travaille, son objectif est l’accès à l’indépendance de la personne, notamment dans la vie quotidienne, les bases du vivre-ensemble, l’insertion et l’intégration sociale.

3) Les missions

a) Aider au quotidien

Le moniteur-éducateur apporte aux personnes en difficulté assistance et attention dans les actes élémentaires de la vie quotidienne. Il les aide à acquérir de l’indépendance pour les gestes de la vie quotidienne. La présence du moniteur-éducateur est essentielle dans ces apprentissages.

Cet accompagnement consiste donc d’abord à être présent avec les enfants ou les adultes, à chaque étape de leur quotidien que ce soit pour l’aide à l’hygiène (initiation à la technique du brossage de dents, la douche, etc.), aux tâches ménagères (apprendre à débarrasser ou mettre la table, etc.), aux repas, aux activités (apprendre à jouer seul dans sa chambre, accompagnement lors de jeux de société, etc.) et l’initiation aux comportements en société (bien se tenir, ne pas bousculer les autres, etc.). Le moniteur-éducateur est là pour aider à l’acquisition des savoir-être, des savoir-faire et pour tenir le rôle de l’autre, nécessaire pour être, pour faire l’expérience d’un quotidien vivant.

Avec certaines personnes en situation de grande dépendance, le travail du moniteur-éducateur ne relève pas de l’apprentissage mais consiste à prendre soin, à écouter, à comprendre – y compris des langages parfois différents – et à communiquer. Vivre le quotidien des personnes accompagnées, c’est partager les moments simples de la vie, les joies et les peines, les rires et les plaintes. Accéder à l’indépendance, c’est parfois aussi simple que tenir sa place de personne dans la société, être associé à la vie quotidienne, bénéficier d’une qualité de vie et d’activités favorisant le bien-être, de soins adaptés et d’activités de médiations cognitives, sensorielles, relationnelles.

Remarque

Être moniteur-éducateur, c’est être attentif aux besoins, bienveillant et inventif.

b) Les bases du vivre-ensemble

L’animation des temps collectifs est aussi un moyen d’action du moniteur-éducateur. Animer les temps collectifs, ce n’est pas seulement susciter des occasions d’apprentissage, c’est aussi et surtout mettre de la vie dans les moments partagés au sein de la structure. Le moniteur-éducateur fait en sorte que ces temps soient le fruit de rencontres, de détente, de rire. Il s’agit parfois simplement de s’asseoir avec les personnes pour regarder la télévision, pouvoir parler de ce que l’on voit, jouer à un jeu de société avec une ou plusieurs personnes, etc. L’animation prend parfois un tour plus formel lorsqu’il s’agit de faire ensemble une sortie à l’extérieur, un tour au marché, à la piscine ou une semaine de vacances hors de la structure. Elle devient parfois une activité éducative, régulière ou non, un atelier d’écriture, de peinture, de modelage, de cuisine. Chacun utilise ses propres compétences pour créer un cadre de vie, un environnement à la fois vivant et sécurisant.

Être présent dans l’animation du quotidien, c’est aussi laisser une place à l’invisible. Invisible du travail du moniteur-éducateur, puisque l’on semble parfois être là à ne rien faire, à juste laisser de la place pour que quelque chose émerge, arrive, se passe, ou non, en dehors même de toute attente. Il s’agit de savoir se poser. Invisible du travail de la personne accompagnée, qui, à travers ces moments souvent anodins, se construit, prend confiance et vit sa vie !

c) L’insertion et l’intégration sociale

Le moniteur-éducateur aide les personnes accompagnées à prendre leur place dans la société. Son rôle est de leur redonner confiance, de leur permettre d’être autonome notamment par le travail, l’accès à un logement, la création d’un lien social. Il s’agit parfois d’accompagner les personnes dans leurs démarches administratives et dans l’établissement de leur droit, de les aider à trouver un logement et à y vivre en autonomie, de les conforter dans leurs choix ou dans leur identité. Le moniteur-éducateur soutient également la construction des liens familiaux, amicaux, professionnels, de voisinage, etc. Il joue un rôle de médiateur, de passeur entre la structure d’accueil et l’extérieur : l’école, le travail, la ville, la culture, les administrations, les associations, les autres citoyens, etc. Accompagner un enfant sur une aire de jeu, à la bibliothèque, soutenir un jeune dans son parcours professionnel, aider des personnes sans abri à trouver un hébergement ou un lieu pour se mettre à l’abri dans la journée, accompagner des personnes fragiles vers des structures de soin, proposer un atelier d’information sur la PrEP (Prophylaxie Pré exposition) pour des personnes LGBTI, accompagner une mère lors d’un premier contact avec la crèche, dans ces situations parmi beaucoup d’autres, le moniteur-éducateur soutient la personne fragilisée dans son insertion et son intégration sociale. Et à travers ce soutien, il s’engage et engage la personne dans un modèle de société où la solidarité compte.

4) Les qualités nécessaires

Pour être moniteur-éducateur, on demande un certain nombre de qualités essentielles au quotidien :

  • la bienveillance ;
  • une grande disponibilité ;
  • une attention à l’autre, de l’écoute ;
  • le sens de l’observation ;
  • la créativité ;
  • un véritable engagement dans la relation ;
  • une bonne organisation et le goût du concret ;
  • un investissement important auprès des personnes en difficulté ;
  • un bon équilibre émotionnel ;
  • une capacité à travailler en équipe ;
  • une capacité à poser des limites ;
  • une capacité réflexive et une prise de recul.

5) Comment en apprendre davantage sur le métier ?

Le métier de moniteur-éducateur vous intéresse mais êtes-vous sûr de bien le connaître ? Pour approfondir votre connaissance, vous pouvez réaliser des enquêtes auprès de professionnels, ou vous immerger dans le milieu professionnel par un stage ou un emploi.

Si vous faites un stage ou un remplacement dans le secteur, proposez à un ou une collègue de vous consacrer du temps pour échanger sur son métier. Si vous n’avez pas rencontré de moniteur-éducateur (ME), vous pouvez contacter les structures d’accueil et demander si un ME serait disponible pour vous rencontrer. Vous pouvez aussi aller à la rencontre des étudiants à la sortie des écoles, en allant à la bibliothèque. Préparez vos questions, réfléchissez à ce que vous aimeriez savoir et appuyez-vous sur la méthodologie que nous vous présentons dans le chapitre (préparer son oral).

Si vous n’avez pas d’expérience dans le secteur social, il est utile de découvrir ce secteur avant de vous y engager. Pensez à l’action bénévole dans les associations, aux immersions professionnelles mises en place avec Pôle Emploi ou les missions locales, aux remplacements ponctuels par l’intermédiaire des agences d’intérim notamment.

6) Au cœur du métier

Afin de vous familiariser avec le métier de moniteur-éducateur, nous vous proposons d’aller à la rencontre de professionnels.

Accès restreint | PrepAcademy

Accès restreint aux membres

Abonnez-vous pour accéder au cours complet

- ou -