cours

Les principes de la communication

Il est nécessaire de prendre conscience que lors d’un entretien, le contenu verbal, soit le sens littéral des mots que vous allez employer, représente, selon certaines études, moins de 10 % de l’information que le jury va percevoir. Le sens des mots que vous allez employer, tout comme votre argumentation, sont importants, mais moins que la façon dont vous le dites et votre posture générale quand vous le dites.

Le para-verbal

Le para-verbal est une part de la communication non verbale qui se rapporte plus précisément à tout ce qui est relatif à la voix, tout en excluant une analyse du sens des mots.

  • Le débit : il s’agit de la vitesse à laquelle vous vous exprimez. Il ne doit pas être trop lent, afin que vous ne passiez pas pour une personne apathique, ni trop rapide, car cela demandera un effort de concentration de la part du jury, afin de suivre le rythme de votre parole et vous vous exposez à un plus grand nombre de questions.
  • Le volume : il s’agit de l’intensité de votre voix. Le volume est idéal quand il n’oblige pas l’auditoire à faire des efforts pour vous entendre. C’est un volume qui apporte une meilleure concentration sur l’information que vous transmettez. Il doit être adapté à l’espace, à la distance et au nombre de personnes dans la pièce. Vous devrez donc éviter de marmonner, ce qui vous rendrait inaudible et traduirait un stress ou un manque de confiance.
  • Le ton : le ton de la voix est un des éléments influents dans la communication. Du fait d’un certain nombre de représentations existantes dans la société, il semblerait que pour un homme, un ton de voix grave renvoie à une forme de maturité et inspire la confiance chez les autres, un ton de voix extrêmement grave, renvoie à des sensations obscures voire inquiétantes, un ton ferme laisse penser que la personne est sûre de son fait, un ton de voix bas suggère de la fragilité ou un manque de confiance, et un ton de voix très aigu fait douter de la crédibilité de l’interlocuteur. Concernant les femmes, ce ne sont pas exactement les mêmes représentations qui existent dans l’imaginaire collectif, mais une voix trop douce renverrait à de la gentillesse et une voix trop grave à une forme de masculinité. Idéalement, votre ton doit être dynamique et varié, accentué sur les éléments qui vous semblent importants et ponctué par des pauses afin de reprendre votre souffle et de permettre au jury d’intégrer vos propos.
  • L’élocution : il s’agit de l’audibilité de votre parole. Prenez soin d’articuler chaque mot sans exagération.

Le non-verbal

La communication non verbale regroupe toutes les techniques, souvent inconscientes, destinées à communiquer sans utiliser la parole. On y retrouve notamment les mouvements du corps ou les manifestations physiologiques, comme la transpiration. Plus de 50 % de notre communication serait non-verbale.

  • L’apparence : il s’agit de votre aspect extérieur. Nous l’avons déjà abordé dans une fiche précédente.
  • La posture physique : il s’agit de la manière dont vous entrez dans la pièce, puis celle dont vous vous tenez durant l’entretien. Tenez-vous bien droit sur la chaise sans être trop rigide, il faut que vous vous sentiez à l’aise dans la position que vous allez adopter. Une posture en retrait, avachie ou trop avancée enverra au jury des messages plus ou moins négatifs vous concernant.
  • Le contexte et l’environnement : vous êtes dans un entretien de concours, vous essayez de montrer le meilleur de vous-même et le jury cherche les meilleurs candidats. Bien connaître les attentes du jury est prépondérant. La salle dans laquelle vous allez passer l’entretien sera la plus neutre possible et à l’écart de toute agitation sonore. Cet entretien doit se dérouler sans perturbation extérieure.
  • La gestuelle : il s’agit de tous les gestes que vous êtes susceptibles de faire durant l’entretien, que ce soit avec vos mains, vos bras, mais également vos jambes et vos pieds. Il est tout à fait normal de parler avec les mains, mais il est nécessaire de maîtriser ces mouvements. De même si vous passez votre temps à remuer sur votre chaise ou à changer de position, cela pourrait indiquer au jury que vous n’êtes pas à l’aise ou stressé.
  • L’expression faciale : il s’agit de tous les mouvements que vous êtes susceptible de faire avec vos yeux, vos sourcils, votre bouche ou votre nez. Ces mouvements renvoient souvent à des émotions ou des sentiments qui peuvent être en contradiction avec ce que vous dites ou exprimer un ressenti par rapport aux propos du jury. Vous devez prendre conscience de ces expressions afin de les maîtriser au mieux le jour de l’entretien et ainsi éviter de laisser transparaître une émotion ou un état qui pourrait vous nuire (agacement, doute, mensonge, etc.).
  • Le regard : vous êtes face à un jury, donc à des interlocuteurs, votre regard doit naviguer, de manière cohérente, entre les différents membres de ce jury. Vous vous adressez à l’ensemble du jury, donc votre regard se porte sur tous les membres. Votre regard ne doit pas être fuyant, mais pas trop appuyé non plus.
Accès restreint | PrepAcademy

Accès restreint aux membres

Abonnez-vous pour accéder au cours complet

- ou -