fiche

Lexique des mots du social

A

Abandon n.m. Fait de délaisser ou de renoncer à quelqu’un ou à quelque chose.

Abandonnique adj. Se dit d’une personne redoutant l’abandon. L’abandonnique craint par-dessus tout qu’on arrête de s’occuper de lui. Il ressent dans ce manque d’intérêt une privation d’amour vécue comme frustrante. Il éprouve un besoin continu de certitude et de réassurance constante ne pouvant venir que des personnes choisies par lui pour nourrir sa sécurité. Par ce type de relation, il peut provoquer de la part de l’autre un réel abandon. Germaine Guex (1904-1964 psychologue suisse et psychanalyste didacticienne) fut l’une des premières à travailler sur le syndrome d’abandon. Elle a su lire dans les conduites dites caractérielles de certains enfants des moyens de lutter contre la dépression anaclitique et l’effondrement. Elle a publié Le syndrome d’abandon.

Abus sexuel. Tout contact physique par lequel un adulte se sert d’un enfant pour sa propre stimulation sexuelle ou celle d’une tierce personne, sous la contrainte ou par le biais de la manipulation.

Accompagnement n.m. Il s’agit d’une relation d’aide dans diverses situations de vie. L’accompagnement consiste en une posture professionnelle. Cette notion est très présente dans les professions de la relation d’aide. Il existe plusieurs types d’accompagnement : thérapeutique, social, formatif, scolaire…

Selon Rouzel, « L’accompagnement est un espace de rencontre et de partage d’une activité […] qui vise toujours à l’appropriation par la personne de son espace corporel psychique social et relationnel. »

  • Accompagnement éducatif : aide aux devoirs, pratique sportive culturelle ou artisitique, langues vivantes…
  • Accompagnement scolaire : ensemble d’action et d’acteurs hors environnement familial, favorisant le réinvestissement ou la réussite scolaire.
  • Accompagnement social : action constitutive du travail social visant à soutenir une personne ou un groupe de personnes en tentant de trouver un juste équilibre entre implication et prise de distance, implication et neutralité. L’accompagnement est une construction qui ne peut être qu’interactive avec l’autre.

 Accordage n.m. Il s’agit du lien d’entente entre deux personnes.

  • Accordage affectif : 1/Il s’agit de l’attachement à une figure qui fournit régulièrement les réponses adéquates aux besoins de l’enfant et qui lui permet de fonder sa confiance dans la vie. 2/C’est la capacité des êtres humains à reconnaître les émotions, les sentiments qu’éprouve une autre personne.

Accueil d’urgence. Cette forme d’accueil est prévue pour assurer sans délai les accueils urgents et de courte durée.

Accueil séquentiel. Accueil par intermittence, en vue d’une période d’adaptation ou d’un changement de projet pour l’enfant.

Accueil relais. C’est la fonction d’accueillir un enfant pendant une période relativement courte.

Accueillir v.t. Recevoir, accompagner, encourager quelqu’un.

Acte éducatif. L’acte éducatif est une action chargée d’affects et teintée de valeurs qui s’apparente à des moyens d’influence employés par les parents ou travailleurs sociaux pour faire émerger les capacités et compétences de l’enfant. Les actes éducatifs sont des situations qui permettent à l’enfant comme aux adultes qui l’accompagnent de mettre en œuvre leur capacité à se répondre et à s’accorder.

Acte manqué. Acte qui révèle l’inconscient. Réaction qui paraît illogique mais liée à des motifs ignorés.

Action Éducative en Milieu Ouvert. (AEMO) Ensemble d’actions exercées par un travailleur social auprès d’un mineur maintenu dans son milieu familial. Cette mesure est décidée par un juge.

Affabulation n. f. Représentation plus ou moins modifiée des faits. Enchaînements de faits produits par l’imagination.

Affect n.m. Sentiment, charge émotionnelle liée à la satisfaction d’une pulsion. Affectif(ive) adj. État lié aux sentiments et aux émotions tels que le plaisir, la tendresse, la joie, la tristesse, la douleur…

Agression sexuelle. Acte sexuel imposé par contrainte physique ou psychologique

Aliénation parentale. Désordre psychologique chez un enfant créé par la manipulation de l’un de ses parents.

Angoisse n.f. Anxiété qui se manifeste souvent avec l’accélération du pouls et de la respiration avec la sensation de resserrement dans la cage thoracique.

Anorexie n.f. Diminution ou perte de l’appétit.

Anorexie mentale. Trouble psychologique qui se manifeste par un refus de s’alimenter.

Antipsychotique n.m. Médicament visant à traiter les troubles mentaux.

Anxiété n. f. État d’inquiétude, de crainte, d’appréhension.

Attachement n. m. Sentiment d’affection durable. D’après Bowlby, l’attachement est un besoin primaire chez l’être humain.

Autisme n. m. Trouble psychiatrique se manifestant par la perte de contact avec la réalité extérieure et un repli sur soi. Les premiers signes d’autisme apparaissent généralement avant l’âge de trois ans. Ils consistent en une difficulté à acquérir le langage. La parole ne peut constituer d’échange cohérent. Il y a des troubles associés : crises d’angoisse, troubles du sommeil et de l’alimentation. L’enfant refuse le contact avec le monde et les essais de communication venant de l’extérieur peuvent conduire à des crises.

Il existe plusieurs formes d’autismes parmi lesquelles nous pouvons citer : Le syndrome de Rett qui touche exclusivement les filles et le syndrome d’Asperger : l’enfant a accès au langage, mais a un comportement social inadapté, bébé il ne cherche pas le regard de sa mère, plus tard, il ne sait pas prendre en compte les réactions d’autrui…

Autorité parentale. Ensemble de droits et des devoirs des parents vis à vis de leurs enfants.

B

Besoin n. m. État d’insatisfaction lié à un manque. Désir, envie.

Besoin primaire. Ce qui nécessaire et indispensable à la vie. (Manger, boire, dormir…)

Bienveillance. Attitude favorable, indulgente et compréhensive à l’égard une personne.

Bilan n. m. 1/Aperçu d’ensemble, exposé global. 2/Document regroupant les réalisations effectuées et les mesures de changement intervenues au cours d’un temps écoulé concernant un projet.

C

Caractère n. m. Ensemble des manières de penser, de sentir, et de réagir qui régit le comportement de l’individu.

Caractériel(elle) adj. Se dit d’une personne atteinte de trouble du caractère, ou en conflit quasi-permanent avec son entourage.

Carence n. f. Absence ou insuffisance d’éléments indispensables à l’organisme pour son équilibre et son développement physiologique et/ou psychologique.

Carence affective. Manque ou absence de relations affectives entre l’enfant et sa mère durant la prime enfance.

Carence éducative. Absence ou défaut de transmission de valeurs et de limites indispensables à l’évolution et à l’équilibre de l’enfant.

Clinique du quotidien. Fonction thérapeutique que peut fournir la vie quotidienne.

Clivage n. m. Fractionnement, séparation.

Clivage du moi. Coexistence de deux contradictions en soi, l’une tenant compte de la réalité et l’autre déniant cette réalité.

Coéducation n. f. Éducation transmise par plusieurs personnes. Le principe de coéducation met l’accent sur le rôle de chaque acteur qui entoure l’enfant dans le processus éducatif (parents, enseignants, autres enfants...). Ce processus interactif et collectif favorise la socialisation de l’enfant.

Colère n. f. Réaction agressive. État violent et passager faisant suite à un sentiment d’agression, d’offense ou de frustration.

Cognitif(ive) adj. Relatif à un processus par lequel un individu acquiert des informations et la connaissance sur son environnement.

Conduite à risque : Se mettre en danger physiquement. Compromettre son intégrité psychique ou sa situation sociale.

Confiance n. f. Se laisser aller, s’abandonner, se sentir en sécurité.

Confiance en soi. Être assuré de ses capacités.

Confidentialité n. f. Fait de garder privées et secrètes des informations ou de ne les partager qu’avec des personnes autorisées.

Conflit n. m. Opposition d’opinion, de sentiment, de ressenti, de point de vue entre des personnes ou des groupes.

Conflit de loyauté. C’est lorsque l’enfant est confronté à deux familles avec leurs différences de normes et de valeurs et qu’il est empêché d’exprimer à l’une ou l’autre d’entre elles la satisfaction ou l’attachement qu’il éprouve pour l’autre.

Contrat d’accueil. Le contrat d’accueil est obligatoire dès lors que l’enfant est confié à la famille d’accueil. Il est signé par l’employeur et par l’assistant familial.

Contrat de travail. Le contrat de travail est obligatoire et doit être signé dès l’embauche. Il est rédigé en deux exemplaires qui doivent être datés et signés par l’employeur et l’employé.

Culpabiliser v. t. 1/Faire éprouver à quelqu’un un sentiment de culpabilité en le rendant conscient et responsable de sa faute ou de son erreur. 2/éprouver soi-même un sentiment de culpabilité.

Culpabilité n. f. 1/État d’un individu reconnu coupable. 2/État affectif consécutif à un acte réel ou fictif, d’une personne qui se juge coupable.

D

Développement n. m. Ensemble des différents stades par lesquels passe l’organisme d’un être vivant pour atteindre sa maturité.

Dispositif n. m. Ensemble de mesures ou de méthodes visant à atteindre un objectif.

Double appartenance. C’est le fait de participer ou d’être intégrés à deux groupes différents.

Double langage. On décode un double langage si les gestes, les postures, les expressions du corps et du visage entrent en contradiction les unes avec les autres ou en décalage avec le langage verbal.

E

Émotivité n. f. Capacité de chaque individu à réagir plus ou moins vivement aux sentiments perçus. C’est un aspect élémentaire de l’affectivité.

Empathie n. f. Faculté de ressentir les émotions des autres. Identification aux pensées ou aux actions d’un autre que soi.

Encoprésie n. f. Manque de contrôle des sphincters qui entraîne une incontinence des matières fécales.

Enfant en danger. Selon l’article 375-1 du Code civil, on parle d’enfant en danger si la santé, la sécurité ou la moralité d’un mineur non émancipé sont en danger, ou si les conditions de son éducation ou de son développement physique, affectif, intellectuel et social sont gravement compromises.

Énurésie n. f. Manque de contrôle de la vessie, phénomène souvent nocturne apparaissant après l’âge où la propreté est généralement acquise.

Énurétique adj. Atteint d’énurésie.

Estime de soi. Sentiment de sa propre valeur.

F

Fabulation n. f. Action de raconter des faits imaginaires comme étant des faits réels. Récit fantaisiste tiré de l’imagination.

Famille n. f. 

  1. Groupe formé par des personnes apparentées ou unies par alliance ou par accord mutuel.
  2. Groupe formé d’un ou deux parents et d’un ou plusieurs enfants.

Famille monoparentale. Famille constituée d’un seul des deux parents et de un ou plusieurs enfants.

Figure d’attachement. Expression qu’utilisent les praticiens de la théorie de l’attachement pour désigner la personne qui prodigue les soins à l’enfant au quotidien et de manière privilégiée.

Figure parentale. Figure d’attachement perçue par l’enfant comme modèle parental.

Frustration n. f. État d’une personne qui ne peut satisfaire un désir ou qui refoule une pulsion.

G

Gestes barrières. Il s’agit des gestes qui expriment un refus.

Grasping-reflex n.m. Réflexe de préhension (saisir, serrer).

Groupe d’appartenance. Groupe auquel la personne s’intègre, trouve son identité, développe son moi grâce aux interactions avec les autres membres.

H

Handicap n.m. Déficience motrice, sensorielle ou mentale. La loi du 11/02/2005 définit le handicap comme suit : « Constitue un handicap au sens de la présente loi toute limitation d’activité ou de restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

Handling. Soins manuels apportés au bébé. Manière dont le bébé est touché, lui permettant de s’approprier son schéma corporel.

Holding. (Angl. To hold : tenir) Façon de porter le bébé. Maintien du bébé qui lui permet de ressentir son propre corps et de commencer à organiser la conscience de soi.

Hospitalisme n.m. Se dit du comportement d’enfants privés de soins maternels lors d’une hospitalisation prolongée dans leur jeune âge. René Spitz a montré que cette privation de contact affectif entrave leur croissance physique et leur développement psychique.

I

Identification n. f. Action de s’identifier à quelqu’un ou quelque chose. Assimiler un certain nombre de propriétés d’un autre que soi.

Identité n.f. Ensemble de critères et d’aspects personnels définissant un individu.

Idylle n. f. Entente parfaite entre les personnes.

Idyllique adj. Merveilleux, idéal.

Image mentale. Représentation d’un objet absent. Imaginer ou se représenter mentalement une situation.

Incontinence n. f. Perte du contrôle des sphincters anal, ou de la vessie.

Information préoccupante. Toute information inquiétante transmise aux cellules de signalement.

Inter culturalité n. f. Relation ou interaction entre des cultures différentes.

Interculturel(elle) adj. Qualifie les contacts entre différentes cultures.

Intervenant extérieur. Professionnel travaillant en institution ou en libéral sollicité ponctuellement dans la prise en charge d’une personne en difficulté ou pour une tâche particulière.

Intime adj.

  1. Qui est privé, personnel ou secret.
  2. Qui constitue l’état de profondeur et d’intériorité d’une personne.

Intimité n. f.

  1. Qui a trait à la vie privée.
  2. Relation de proximité et d’attachement.

J

Jalousie.

  1. crainte de perdre l’être aimé issue d’un désir de possession exclusive.
  2. convoitise des biens d’autrui. Ex : La personne est totalement convaincue de l’infidélité de son ou sa partenaire et le traque, le surveille, fouille ses affaires…

Judiciaire adj. Qui est relatif à la justice. Qui découle d’une décision de justice.

Juge n. m. Professionnel régi par le statut de magistrat et qui à divers degrés est chargé de rendre la justice non par arbitrage mais en prononçant un jugement.

Jugement n. m. Décision ou sentence rendue par un juge.

Justice n.m. Pouvoir par lequel on exige le respect du droit et de l’équité.

L

Langage non verbal. Il s’agit des postures, des gestes, des expressions du visage qui accompagnent les mots et en renforcent le sens. Si le langage non verbal entre en contradiction ou en décalage avec les mots, on parlera alors d’un double langage.

Latent(e) adj. Caché, secondaire. Contraire : manifeste.

Ludique adj. Relatif au jeu.

M

Malnutrition n. f. Anomalie de la nutrition par excès, par défaut ou par déséquilibre.

Maltraitance n. f. Mauvais traitements.

Maternage n.m. Ensemble des soins prodigués à l’enfant par sa mère ou par une figure maternelle de remplacement ainsi que l’ensemble de leurs relations.

Materner v.t. Prendre soin de quelqu’un comme le ferait une mère.

Maturation n. f. Processus permanent et continu amenant au développement complet d’un phénomène ou à la plénitude.

Mérycisme n.m. Phénomène caractérisé par le retour des aliments de l’estomac dans la bouche où ils peuvent à nouveau être remastiqués.

Moi n.m.

  1. Ce qui constitue la personnalité de l’individu.
  2. En psychologie, le moi est l’une des 3 instances de l’appareil psychique se distinguant du ça et du surmoi et permettant à l’individu de se défendre contre sa réalité interne et ses pulsions. (Fait le dosage entre le ça et le surmoi).

Moi idéal. Selon Freud, le moi idéal désigne une instance reposant sur un idéal de toute puissance infantile basée sur le narcissisme. L’idéal du moi fait partie du moi mais cherche à adopter des représentations conciliables avec les valeurs investies.

Moi-Peau. Selon Anzieu, les fonctions psychiques s’appuient sur le corps. Le Moi s’étaie sur un moi corporel qu’il nomme le moi-peau.

O

Object presenting. Manière de présenter le monde à l’enfant. C’est l’une des fonctions de la préoccupation maternelle primaire.

Objet transitionnel. Objet choisi et utilisé par le tout jeune enfant et représentant une personne rassurante (comme la mère).

Observation n. f. Action de regarder avec attention les êtres, les choses ou les évènements pour les étudier ou en tirer des conclusions.

Ordonnance du juge. Acte judiciaire reprenant les orientations et les décisions prises par le magistrat.

P

Pair n.m. Personne de même âge, de même rang ou de même profession, ou ayant les mêmes centres d’intérêt.

Parentalité n. f. Fonction de parent. Passage à l’acte. Mise en action de pensées hostiles, agressives ou autodestructrices.

Perception n. f. Le fait de saisir par la pensée ou par les sens.

Période de latence. Période qui commence à la fin du complexe d’Œdipe (déclin de la sexualité enfantine) et qui se termine au début de la puberté. Elle est marquée par un temps d’arrêt dans l’évolution de la sexualité.

Période idyllique. Période marquée par une entente idéale, parfaite.

Permanence de l’objet. Sentiment de sécurité et de stabilité du lien aux figures d’attachement.

Placement n.m. Mesure de protection de l’enfance visant à attribuer à un enfant un lieu de vie en dehors du domicile de ses parents.

Projet pour l’enfant. Document reprenant les orientations choisies pour la prise en charge d’un enfant, et les moyens mis en œuvre pour y parvenir. Ce projet doit permettre d’identifier les rôles de chacun en définissant les différents champs d’intervention.

Protection n. f. Ensemble de mesures destinées à protéger.

Protection de l’enfance. Ensemble des mesures destinées à protéger les enfants en situation de danger.

Psychose n. f. Maladie mentale que le sujet est incapable de reconnaître comme une maladie. Contrairement à la névrose, la psychose est caractérisée par la perte de contact avec le réel et une altération de la personnalité. La paranoïa et la schizophrénie sont des psychoses.

Pulsion n. f. Action influencée par l’inconscient pour réduire une tension.

R

Référent(e) adj. Travailleur social et interlocuteur privilégié pour ce qui concerne la prise en charge d’une personne ou d’un enfant protégé.

Relation n. f. Lien existant entre les gens, les choses, les idées…

Relation d’aide. La relation d’aide désigne l’accompagnement psychologique, professionnel ou non, de personnes en situation de détresse morale ou en demande de soutien. En psychothérapie, les principes de la relation d’aide sont essentiellement basés sur les travaux de Carl Rogers et d’Abraham Maslow. En travail social, l’exercice de la relation d’aide est parfois controversé.

Relation éducative. Il s’agit de créer une relation de confiance, de mettre en place des espaces favorables à la relation , de trouver des supports de médiation pour entrer en communication et en relation avec l’individu pour lui permettre de devenir acteur de sa propre vie et d’accéder à l’autonomie.

Relation fusionnelle. Relation où les sujets ne se distinguent pas l’un de l’autre.

Résilient(e) adj. (psycho) Présente une résistance aux épreuves de la vie.

Résilience n. f. (psycho) Mécanisme selon lequel le sujet pourra rebondir après un événement douloureux.

Risque de danger. La situation est telle que l’individu est ou sera en danger sans une intervention rapide.

S

Secret partagé. Ensemble des informations relatives à une personne ou une situation dont on ne doit pas faire état aux personnes extérieures.

Sécurisant(e) adj. Qui apporte de la sécurité, qui protège.

Schéma corporel. Connaissance que le jeune enfant acquiert de son corps, parvenant finalement à en nommer chaque partie.

Sécurité n. f. Situation ou lieu dans lequel quelqu’un est à l’abri du danger et des agressions de toutes sortes.

Sens n.m. Signification profonde, connaissance immédiate et intuitive des choses.

Sensation, n. f. État psychologique découlant d’une impression ressentie.

Sentiment n.m.

  1. Sensation, impression.
  2. État affectif durable lié aux émotions.

Sentiment de l’identité. Sentiment interne qui réunit l’ensemble des sentiments d’appartenance, d’autonomie, de confiance, de différence, d’unité et de cohérence, de valeur.

Signalement n.m. Action de porter à la connaissance des professionnels et/ou de la justice une situation de danger ou de suspicion de danger en vue de mesures de protection pour la personne.

Socialisation n. f. Processus par lequel l’individu s’intègre dans la vie sociale.

Soit transmis. Relevé d’informations nouvelles transmis au juge ou à la personne ayant autorité concernée. Le soit transmis peut également être l’objet d’une demande d’autorisation exceptionnelle.

Substitution n. f. Prendre la place et le rôle de quelqu’un.

Symbiose. État qui caractérise un lien étroit entre deux ou plusieurs êtres vivants.

Symptôme n.m. Trouble visible chez une personne et qui révèle un problème, une maladie.

Syndrome n.m. Ensemble de troubles, de symptômes et de signes faisant référence à une pathologie.

Système éducatif. C’est la façon dont un pays organise l’éducation. Chaque pays dispose de son propre système éducatif. Le système éducatif français est très centralisé et géré par le ministère de l’Éducation nationale qui décide des contenus, méthodes, rythmes... À l’inverse, aux États-Unis, le système éducatif est très décentralisé, chaque état étant libre dans le choix de ses programmes et de ses enseignements , l’état fédéral n’intervenant que dans le financement.

T

Thérapeutique, adj. Qui apporte un soin et traite une maladie ou une souffrance.

Thérapie n. f. Traitement médical, soin psychologique.

Transfert n.m. Processus par lequel les désirs inconscients se réalisent sur certains objets, dans certains types de relation. (On peut l’observer dans la relation thérapeutique mais aussi dans la relation éducative).

Travail social. Le travail social est loin d’être un champ unifié, car il concerne des lignées séparées : service social, éducation spécialisée, animation… Les travailleurs sociaux travaillent dans des institutions et des lieux très diversifiés. Il existe un grand nombre de définitions du travail social qui dans leur grande majorité insistent sur les buts et les objectifs sur le travail social dans le cadre des différentes politiques sociales. Le diplôme de travail social défini par le ministère en charge des affaires sociales permet de différencier près d’une vingtaine de métiers et qualifications. Dans son ouvrage Pourquoi le travail social ? Saül Karsz (philosophe sociologue, responsable du réseau Pratiques Sociales) tente d’apporter une réflexion sur les finalités du travail social, de ses buts. selon Karsz, « chacun porte une conception plus ou moins articulée du travail social, de sa puissance, de ses limites, de ses buts. ».

V

Valeur n. f. Ce qui est considéré comme beau, vrai, bien, selon des critères personnels ou sociaux et qui sert de référence et de principe moral.

Valorisation n. f. Action de donner de la valeur, de permettre à quelqu’un de se sentir digne d’intérêt.

Valoriser v. t. Mettre en valeur une personne ou un objet.

Visite médiatisée. Rencontre entre le ou les parents et le ou les enfants placés en présence et sous la surveillance d’un travailleur social ou d’un psychologue.

Visite à domicile. (VAD) Déplacement du travailleur social au domicile de la personne dans le cadre de sa prise en charge.

Accès restreint | PrepAcademy

Accès restreint aux membres

Abonnez-vous pour accéder au cours complet

- ou -